Se souvenir de moi Mot de passe oublié ?
 Vous êtes ici : Accueil > Produits complémentaires > L'aspartame : danger ou pas ?
Forum LeDietmed
Calculez votre IMC
Dossiers LeDietmed
Vos questions - Nos réponses
Encyclopédie Nutritionnelle
Recettes minceur LeDietmed
Recettes Light
de Chefs
Fruits et Légumes
de saison
Je calcule mon
activité physique
L'aspartame : danger ou pas ?
L’aspartame est l’édulcorant le plus vendu en France, le plus utilisé dans le monde, et on le trouve dans pas loin de 6000 produits vendus dans le commerce. Pourtant, il a la vie dure et est l’objet des attaques les plus vives : il serait à l’origine de tumeurs au cerveau, cancers, sclérose en plaque, fausses couches, troubles mentaux et la liste est encore longue.

Ces accusations sont-elles fondées ? Faut-il réellement bannir de notre alimentation l’aspartame et par conséquents tous les produits qui en contiennent ?

Qu’est-ce que l’aspartame ?

C’est un édulcorant artificiel découvert en 1965, qui est un dérivé d’acides aminés naturels. Son pouvoir sucrant est 200 fois supérieur à celui du saccharose. Il a été l’objet de controverse dès sa mise sur le marché mais a été une 1ère fois « blanchi » par la Food and Drug Administration en 1974. Depuis, il est à l’origine de polémiques avec des études plus ou moins sérieuses à la clé qui mettent en doute son innocuité.

Parmi toutes les attaques qu’il subit, une grande majorité est infondée et n’a jamais fait l’objet de la moindre étude. Cependant, certaines s’appuient sur des études sérieuses et sèment la discorde au cœur de la communauté scientifique.

Les études récentes qui incriminent l’aspartame :

Les deux principales sont :

- L’étude Halldorsson publiée fin 2010 dans l’American journal of clinical nutrition. Elle avait mis en cause la consommation d’aspartame, essentiellement dans les sodas « sans sucre » dans les naissances prématurées.

- L’étude Soffritti publiée dans l’American Journal of industrial medicine réalisée chez des souris mâles, incrimine quant à elle l’aspartame dans l’apparition de cancers, notamment du foie et du poumon.

Les conclusions de l’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) :


- « Aucune preuve disponible dans l’étude Halldorsson ne permettait d’affirmer qu’il existait un lien de causalité entre la consommation de boissons non alcoolisées contenant des édulcorants artificiels et l’accouchement prématuré » soutient L’EFSA en février 2011.

- « Les résultats de l’étude Soffritti (sur le potentiel carcinogène) ne fournissent pas suffisamment de preuves scientifiques qui justifieraient de revoir les évaluations précédentes de l’Efsa relatives à l’aspartame ». Les évaluations précédentes étant celles qui, en 2009, avaient abouti à une dose journalière acceptable de 40 mg par kg de poids corporel par jour, ce qui représente par exemple pour une personne de 60 kg l’équivalent d’une trentaine de canettes ou d’environ 200 comprimés d’aspartame.

Et pourtant le doute persiste, et le Réseau Environnemental de Santé (RES) affirme que « la dose journalière admissible de cet édulcorant repose sur des études non publiées, introuvables et de qualité douteuse » et que « 11 membres sur 20 de l'autorité européenne de sécurité des aliments étaient en situation de conflit d'intérêts ».

En conclusion :

A l’heure actuelle, si l’EFSA a levé les doutes sur l’éventuel danger lié à une consommation dans les limites des doses acceptables, la polémique existe toujours au cœur de la communauté scientifique.

La réévaluation des risques prévue pour mai 2013 nous permettra d’en savoir davantage.

En attendant, si la « psychose » à l’aspartame semble largement excessive, il paraît de toute façon plus sage de le consommer avec modération.
Par ailleurs, dans la quête de la minceur, il est préférable de se déshabituer du goût sucré, qui est un véritable cercle vicieux : plus on mange « sucré », plus le besoin de « sucré » se fait sentir. Nous vous rappelons que l’équilibre alimentaire repose sur la consommation de tous les groupes d’aliment, sucre compris, sans excès ni diabolisation.

Lise Lafaurie, Diététicienne de la Clinique du Poids

Facebook Google+ Twitter email Imprimer
>> Retour à la rubrique "Produits complémentaires"
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Informatiques et libertés
 
© LeDietmed 2000-2017
Contactez-nous  |   Confidentialité  |   Notice légale  |   Responsabilité  |   Conditions générales de vente